Karma Kagyu Suisse Romande

Historique

Historique de la fondation de l’association Karma Kagyu de Suisse Romande.

 

Le 17 août 2013, un petit groupe de personnes s’est réuni à Genève, dans le Parc des Bastions à Genève, autour des souhaits de Lama Teunsang et soutenu par le parrainage de Lodreu Rabsel Rinpoché, pour créer ensemble une association Karma Kagyu en Suisse romande.

 

Les personnes présentes, en compagnie de Lodreu Rinpoché, se sont accordées sur ces buts :

  • Établir une structure officielle reliée à la lignée Karma Kagyu et à la Congrégation Karma Migyur Ling en France, sise à Montchardon, 38160 Izeron.
  • Permettre aux personnes intéressées de créer un lien avec la lignée Karma Kagyu en Suisse.
  • Offrir la possibilité de pratiques collectives de méditations et rituels liées à cette lignée.
  • Favoriser l’organisation de sessions d’enseignements avec des représentants et maîtres de cette lignée.
  • Favoriser l’organisation d’événements en lien avec la philosophie et la pratique bouddhiste.
  • Créer une association placée sous l’autorité spirituelle du Karmapa Trinley Thayé Dorjé et rattachée à la Congrégation Karma Migyur Ling (Montchardon), elle-même placée sous l’autorité spirituelle de Lama Teunsang.

 

IMG_0100 - Version 2

Ce bel après-midi d’été, voici les mots d’encouragement et la pensée que le parrain de notre association, Lodreu Rabsel Rinpoché, a partagé avec nous :

« C’est d’abord une belle chose d’établir cela, une telle association, car cela peut contribuer au bonheur des êtres.

L’année passée en Inde, un haut responsable politique me disait que l’Inde se développe magnifiquement, mais que le pays est devenu beaucoup plus dur qu’avant. Il considérait que les lamas ont un grand rôle à jouer pour apporter aux gens une évolution spirituelle intérieure. Le dharma est une manière magnifique de contribuer au bonheur des êtres de manière active. Ce responsable politique disait que le développement économique et matériel ne rend pas les gens heureux. On peut faire des routes, amener de l’eau, de l’électricité, mais comment répondre aux problèmes et aux besoins spirituels des gens? En ce qui concerne les difficultés de l’esprit, répondre aux besoins des gens relève de la responsabilité des lamas. En Inde, de nombreux monastères se sont développés, mais peu de centres ou d’associations dans lesquels les laïcs peuvent pratiquer et accéder au dharma existent. C’est pourquoi, l’établissement d’une telle association, ici à Genève, revêt un sens très important pour le bien de tous les êtres.

Maintenant bien sûr, il est facile de créer une association, mais plus difficile ensuite de tenir ses engagements. Pour cela, Lama Teunsang montre un excellent exemple à suivre: il faut savoir établir quelque chose qui soit vaste dans le temps, qui s’inscrive dans une vision future et qui se développe non pas pour quelques personnes mais vraiment avec l’idée du plus grand nombre.

Placer ainsi la création de cette nouvelle association sous l’égide de Montchardon est très bien et je vous assure de mon plein soutien ».